Les blogs

Imprimer

Coeur Infini

le .

coeur_inf

Salut Ombre de mon Être.
Je te regarde et tu m'effraies.
Je me questionne et tu me réponds.
Qui es-tu Être de mon Ombre, Ombre de moi-même?
Tu m'intrigues!
Ce mystère que tu perpétues me fascine et m'inquiète à la fois.
Je te voie dénudé perdu et Pourtant!
Tes mains colorées, riches et sensibles, me démontrent ta confiance absolue.
Tu es beau mon ami. Merci de me suivre, Ombre de mon Être, Être de la Joie!
Ta fleur grimpe et se faufile vers l'éternelle Création.
Ton coeur s'ancre dans ton corps et s'ouvre vers l'infini.
Tes questions me répondent tes réponses me rassurent.
Ton feu sacré se perpétue, telle l'étoile qui ne cesse de scintiller.
Cet éclat, cette brillance illumine tes pairs, te donnant la possibilité d'Être pleinement exprimé, créant Abondance et Amour.
Tu es éternel! Tu es vivant! Ombre de mon Être, Être de ma Vie!

 

Imprimer

Volkswagen Blues

le .

WV Yeah!!!  Lets go - On part!!    Me voilà au volant de ma Volkswagen Super Beetle 1973, bleue marine, avec mon  ''8 track'', pi de la  musique à tue tête.  Avril 1977, toujours à l'Université d'Ottawa, étudiant en Science Po, j'me cherche un parking.  ''Maudite marde!  J'vas encore être en retard à mon cours.  Pourquoi j'ai décidé de prendre mon char?''  J'cour à mon cours et j'arrive tout essoufflé dans  l'amphithéâtre, où se trouve 150 étudiants en philosophie politique.  J'm'allume une cigarette, tout comme le prof et plein d'étudiants  d'ailleurs et on commence à parler du Prince de Machiavelli.  Blablabla...Super intéressant et c'est terminé.  Je retourne donc à ma  Super Beetle Bleue avec laquelle je me promène dans les rues d'Ottawa en ce magnifique printemps.                                                    

 À l'occasion du long weekend de Pâques, en compagnie de mon frère Richard et ma soeur Jacinthe on part pour Québec.  D'une capitale à l'autre, 5 heures de route qui se font très bien, jusqu'à ce que j'arrive devant une côte.  Me vlà pogné, pu capable de monter.  A chaque essai je descend, pi là je ''freak''.  ''Comment j'vas arriver à me sortir de là?  Enweye François té capable.''  C'est vraiment la première fois que je suis dans cette situation là et je sais que je vais y arriver.  Après quelques essais et des voitures derrière moi qui me klaxonnent, j'arrive à monter cette colline qui m'apparaît insurmontable.  Ça ne fait que quelques semaines que j'ai ma voiture et j'ai du plaisir à la maîtriser et à me donner des défis.

Quelques semaines plus tard cette fois-ci en été après une escapade à Toronto et Oshawa, où je visite de la parenté je me décide sans penser de me diriger vers New York City.  Oui oui.  Hé que je suis excité.  Ma première visite dans La Grosse Pomme et je suis seul.  Wow!  Quelle ville!  Je suis tellement impressionné par tous ces gratte-ciels imposants et ces lumières.  Il est 22h, je n'ai pas de carte routière et la seule rue que je connais c'est Broadway.  À un moment donné tout ce que je vois autour de moi sont des noirs.  Oh oh!! Suis-je dans Harlem.  ' I gotta get out of here'.  J'commence à avoir un peu peur.  Je me rend finalement dans le coeur de Manhattan et là je décide ''Ok si je veux profiter de cette ville je vais stationner l'auto et me promener à pied''.  Une pointe de pizza sera mon souper.  Ah oui un petit détail que j'ai oublié est que mon budget est de 40$ sans carte de crédit ou quoi que ce soit.  Il faut vraiment être fou pour s'aventurer comme ça au pays de l'Oncle Sam.  J'irai dormir au sauna, prendre une douche me rafraîchir avant de me lancer à l'assaut de NYC.  Je marche partout, de Central Park aux Nations-Unies, en passant par le Empire State Building, Times Square, la 42ième, la 5ième ave, Greenwhich Village, la Statue de la Liberté.  Tout ça dans une journée.  Dommage que je ne peux me permettre un spectacle sur Broadway ou d'aller magasiner ou même d'aller dans un bar, mais je sais que je reviendrai avec de l'argent et plus longtemps.  Je marche regardant constamment vers le ciel admirant ces édifices toujours plus hauts les uns que les autres.  

Mon retour vers la capitale Canadienne ne se fait pas sans heurts puisque je n'ai pas un sous et le réservoir est vide. Je marchande donc en échange d'essence un rasoir électrique et un sac à couchage qui feront en sorte que je pourrai rouler à destination et payer les marchands dès mon retour.   A la frontière traversant le pont à Cornwall je n'ai même pas 2$ pour passer la barrière.  C'est l'agent qui me payera afin que je puisse passer.  Quelle périple et quelle aventure extraordinaire.  ''Vive ma Super Beetle''!   

Imprimer

Qui est François?

le .

Francois2_sToute une question! Je commence à le découvir de plus en plus. Ce François petit garçon, ce François homme, ce François qui perd son temps et ce François en Action. François toujours prêt à relever des défis et François qui réfléchit et se demande s’il veut vraiment faire le bond. Sauter! Passer de l’autre côté de la clôture. Plonger tête première sans parachute! Oui le François qui prend sa place, qui ose, qui s’exprime. Ce François si bien caché n’est nul autre que l’Être qui a toujours été là. Cet Être, ce garçon de 8 ans pleinement exprimé, qui a décidé à ce moment de se taire, qu’il n’en valait pas la peine, qu’il n’était pas bon, qu’il devait travailler fort pour obtenir ce qu’il veut, qu’il n’avait pas le droit de dire non, qu’il devait toujours être gentil, qu’il ne devait pas contrarier les autres, qu’il devait toujours se plier sous l’autorité et accepter le verdict même injuste. Ce François cède sa place à ce François d’origine . Ce François intelligent de cœur et de tête. Ce François qui dit non et qui dit oui, ce François qui a une opinion, ce François éclairé. Ce François solitaire mais non isolé. Ce François qui joue, qui s’amuse et qui prend le temps. Ce François non sans scrupules mais ce François qui s’affirme, ayant parfois peur et qui n’hésite pas à amadouer cette crainte au lieu de laisser celle-ci l’empêcher d’obtenir ce qu’il veut. Ce François responsable qui redécouvre à travers cela un François capable de gagner et capable de perdre et surtout capable de Jouer. Ce François épanouit, joyeux, gai. Ce François qui ne cesse d’être touché, ému et inspiré par les gens, par la nature par tout ce qui l’entoure. Ce François naïf et confiant, blessé et complet, jouissif et vulnérable, attentionné et indépendant. Ce François qui grandit. Ce François qui Vit!

Imprimer

Australie

le .

copain
Au jardin botanique de Melbourne Australie avec mon ami Nick
Imprimer

Égypte 2

le .

egypte
Au Caire, Égypte mars 2008
Imprimer

Massage à l'itinéraire

le .

ItinéranceVoilà déjà quelques mois que je donne des massages de façon bénévole auprès de gens qui sont en réinsertion sociale, c'est-à-dire qui ont été dans la rue à un moment donné de leur vie et ont le désir de revivre une vie ''socialement acceptable et acceptée''.  Je côtoie donc des gens venant de tout milieu possible et imaginable  qui ont décidé par choix ou obligation de tout laisser tomber et recommencer à zéro devenant par le fait même des itinérants ou des sans-abris ou encore sans domicile fixe.

Imprimer

Le Shiatsu

le .

shiatsuLe Shiatsu est une thérapie manuelle d'origine japonaise (Shi signifie doigts et Atsu = pression) ou un massage où les pouces surtout, les paumes et les coudes sont utilisés en donnant des points de pression à différents endroits sur le corps. On peut aussi parler d'acupression ou l'acuponcture mais sans aiguilles.
Imprimer

Projet Tamara

le .

itinerant2Quel personnage que cette dame, une cliente devenue une amie, Tamara Pristin en qui je veux honorer en nommant le projet que je monte en collaboration avec Médecins aux pieds nus.  Cette chère Tamara je l'ai rencontré lors de mon troisième contrat travaillant en tant que massothérapeute sur le navire Amsterdam de Holland America faisant le tour du monde. Cette dame étant une de mes nombreuses clientes que je voyais à toutes les semaines durant 4 mois à qui je donnais des traitements de réflexologie.  Elle a commencée son séjour se servant d'une canne et après quelques sessions marchait sans cet appui malgré l'arthrite très présente.  De nombreuses conversations ont eu lieu lors de ces sessions puisque cette dame très volubile et polyglotte s'exprimant avec moi autant en français qu'en anglais parlant aussi le russe, l'allemand et l'espagnol.  Je lui ai par la suite rendu visite à New York où je fus reçu comme un roi.
Imprimer

La reconnaissance

le .

reconnaissanceQu'est-ce que la reconnaissance? Voilà toute une question en ces jours où l'on est témoins de tant de générosité face à des gens qui ont été victimes de séismes ou catastrophes naturelles, d'aide internationale concernant les victimes de guerres, d'abus sexuels ou autre. Comment voyons-nous ces gens qui aident sans se poser de questions et qui donnent de leur temps et de leur argent sans demander rien en r etour? Est-ce que l'on donne pour être reconnu ou par simple désir d'aider, de nourrir, de guérir, de toucher ou simplement d'écouter? Comment vivons-nous cette reconnaissance face à ceux qui reçoivent et face à soi-même? Voilà autant de questions que l'on peut se poser.