Évasion

Imprimer

Volkswagen Blues

Écrit par François Guay le .

Note utilisateur:  / 0

WV Yeah!!!  Lets go - On part!!    Me voilà au volant de ma Volkswagen Super Beetle 1973, bleue marine, avec mon  ''8 track'', pi de la  musique à tue tête.  Avril 1977, toujours à l'Université d'Ottawa, étudiant en Science Po, j'me cherche un parking.  ''Maudite marde!  J'vas encore être en retard à mon cours.  Pourquoi j'ai décidé de prendre mon char?''  J'cour à mon cours et j'arrive tout essoufflé dans  l'amphithéâtre, où se trouve 150 étudiants en philosophie politique.  J'm'allume une cigarette, tout comme le prof et plein d'étudiants  d'ailleurs et on commence à parler du Prince de Machiavelli.  Blablabla...Super intéressant et c'est terminé.  Je retourne donc à ma  Super Beetle Bleue avec laquelle je me promène dans les rues d'Ottawa en ce magnifique printemps.                                                    

 À l'occasion du long weekend de Pâques, en compagnie de mon frère Richard et ma soeur Jacinthe on part pour Québec.  D'une capitale à l'autre, 5 heures de route qui se font très bien, jusqu'à ce que j'arrive devant une côte.  Me vlà pogné, pu capable de monter.  A chaque essai je descend, pi là je ''freak''.  ''Comment j'vas arriver à me sortir de là?  Enweye François té capable.''  C'est vraiment la première fois que je suis dans cette situation là et je sais que je vais y arriver.  Après quelques essais et des voitures derrière moi qui me klaxonnent, j'arrive à monter cette colline qui m'apparaît insurmontable.  Ça ne fait que quelques semaines que j'ai ma voiture et j'ai du plaisir à la maîtriser et à me donner des défis.

Quelques semaines plus tard cette fois-ci en été après une escapade à Toronto et Oshawa, où je visite de la parenté je me décide sans penser de me diriger vers New York City.  Oui oui.  Hé que je suis excité.  Ma première visite dans La Grosse Pomme et je suis seul.  Wow!  Quelle ville!  Je suis tellement impressionné par tous ces gratte-ciels imposants et ces lumières.  Il est 22h, je n'ai pas de carte routière et la seule rue que je connais c'est Broadway.  À un moment donné tout ce que je vois autour de moi sont des noirs.  Oh oh!! Suis-je dans Harlem.  ' I gotta get out of here'.  J'commence à avoir un peu peur.  Je me rend finalement dans le coeur de Manhattan et là je décide ''Ok si je veux profiter de cette ville je vais stationner l'auto et me promener à pied''.  Une pointe de pizza sera mon souper.  Ah oui un petit détail que j'ai oublié est que mon budget est de 40$ sans carte de crédit ou quoi que ce soit.  Il faut vraiment être fou pour s'aventurer comme ça au pays de l'Oncle Sam.  J'irai dormir au sauna, prendre une douche me rafraîchir avant de me lancer à l'assaut de NYC.  Je marche partout, de Central Park aux Nations-Unies, en passant par le Empire State Building, Times Square, la 42ième, la 5ième ave, Greenwhich Village, la Statue de la Liberté.  Tout ça dans une journée.  Dommage que je ne peux me permettre un spectacle sur Broadway ou d'aller magasiner ou même d'aller dans un bar, mais je sais que je reviendrai avec de l'argent et plus longtemps.  Je marche regardant constamment vers le ciel admirant ces édifices toujours plus hauts les uns que les autres.  

Mon retour vers la capitale Canadienne ne se fait pas sans heurts puisque je n'ai pas un sous et le réservoir est vide. Je marchande donc en échange d'essence un rasoir électrique et un sac à couchage qui feront en sorte que je pourrai rouler à destination et payer les marchands dès mon retour.   A la frontière traversant le pont à Cornwall je n'ai même pas 2$ pour passer la barrière.  C'est l'agent qui me payera afin que je puisse passer.  Quelle périple et quelle aventure extraordinaire.  ''Vive ma Super Beetle''!   

Imprimer

Massages autour du monde

Écrit par François Guay le .

Note utilisateur:  / 0

Massage autour du mondeAyant travaillé en tant que massothérapeute sur les bateaux de croisières naviguant les mers et océans de cette planète soit la Méditerrannée, les Carraïbes, le Pacifique, l'Atlantique, l'océan Indien, la mer d'Arabie, le golfe du Bengale, la mer de Chine méridionale, la mer des Philippines, la mer de Tasman sans oublier le canal de Suez et de Panama, j'ai donc eu la merveilleuse chance d'avoir un contrat qui m'amene à faire le tour du monde. Je suis donc toujours très occupé lorsque le bateau est en mer donnant en moyenne 7 massages par jour dans une cabine où la vue est absolument imprenable sur l'immensité de l'eau sans oublier le bonheur de voir sauter des dauphins ou des baleines qui s'en donnent à coeur joie au grand plaisir des passagers. Lorsque le bateau arrive en port j'ai l'opportunité de sortir et d'explorer ces nouvelles contrées qui me sont offertes.